Infor Jeunes Huy

sante-icone-seule-infor-jeunes-huy

Santé

mobilite-icone-infor-jeunes-huy
Mobilité
vie-famille-icone-infor-jeunes-huy
Vie familiale & Affective
protection-social-icone-infor-jeunes-huy
Protection sociale
citoyennete-icone-infor-jeunes-huy
Citoyenneté & Justice
logement-icone-infor-jeunes-huy
Logement
enseignement-icone-infor-jeunes-huy
Enseignement
formation-icone-infor-jeunes-huy
Emploi

Voici un exemple des questions que peut aborder ce thème, tu as d’autres questions ? N’hésite pas à nous contacter.

La majorité sexuelle est l’âge à partir duquel un jeune peut légalement avoir des rapports sexuels avec une autre personne. Tu es alors considéré.e comme capable de donner ton consentement à des relations sexuelles En Belgique, elle est fixée à 16 ans à la différence de la majorité civile fixée à 18 ans.

Attention : si tu as plus de 16 ans mais que tu es encore mineur.e, tu es toujours soumis.e à l’autorité parentale. Tes parents (ou la personne investie de l’autorité parentale) peuvent donc avoir leur mot à dire sur tes relations.

Il existe de nombreuses IST (infections sexuellement transmissibles) ou MST (maladies sexuellement transmissibles). Ce sont des infections provoquées par des bactéries, des virus ou des parasites. Les IST sont des infections qui se transmettent lors des relations sexuelles non protégées quel que soit leur mode : génital, oro-génital ou ano-génital.

Toutes ces maladies sont à prendre au sérieux, elles doivent subir un traitement, dans le cas contraire, elles peuvent avoir des conséquences graves sur votre santé. Elles peuvent devenir des maladies chroniques et même entraîner la mort.

Le relâchement de la prévention du SIDA, ces dernières années et donc la diminution de l’utilisation du préservatif, a eu comme conséquence une recrudescence des IST, dans de nombreux pays.

Les relations sexuelles avec de nombreux partenaires sont des vecteurs qui augmentent le risque de transmission des MST tout comme les rencontres de vacances ou une rupture amoureuse.

Un seul mot d’ordre: utiliser les préservatifs !

Infection ou Maladie ?

Le terme infection est plus approprié parce qu’il sous-entend que l’infection peut s’accompagner ou pas de symptômes. Une infection sans symptôme est appelée asymptomatique.

Il existe plusieurs IST dont une plus connue que les autres : le SIDA, mais il en existe d’autres : la syphilis, la chlamydia, l’herpès, l’hépatite B et C, la gonorrhée, condylomes.

Modes de contamination de la maladie

Les IST se transmettent lors de rapports sexuels non protégés et/ou par le sang (via seringues contaminées par exemple), par du matériel mal stérilisé (soins dentaires, endoscopie, etc. …), lors de l’accouchement l’enfant peut être contaminé par la mère.

Pour la transmission par voie sexuelle, il suffit que les muqueuses des organes génitaux soient en contact pour contracter la maladie, que ce soit par la voix vaginale, anale ou orale.

Dans tous les cas, le risque de transmission de la maladie est très élevé.

Certaines IST se transmettent par simple contact sans qu’il y ait nécessairement acte sexuel, c’est le cas pour les verrues génitales.

Les IST fragilisent les muqueuses, il y a donc aussi plus de risques de transmission du Sida.

Symptômes communs aux IST

Les symptômes des IST sont soit très discrets (et donc pas facilement identifiables) soit très visibles. Les IST provoquent des infections au niveau des organes reproducteurs ainsi que sur la peau autour du vagin, du pénis ou de l’anus. Certaines IST provoquent des symptômes systémiques créant des problèmes dans d’autres parties du corps.

On peut donc avoir une IST sans qu’il y ait des effets visibles et donc transmettre la maladie sans le savoir. Si vous remarquez :

  • Des écoulements anormaux/pertes provenant du pénis ou du vagin ;
  • Des sensations de brûlures en urinant ;
  • Des plaies anormales et/ou démangeaisons, principalement, au niveau des organes génitaux ;
  • Des douleurs au niveau des organes génitaux et/ou douleurs abdominales ;
  • Pour les femmes, des douleurs pendant les rapports sexuels.

Vous pouvez avoir un de ces symptômes comme vous pouvez les avoir tous. Il peut arriver que vous soyez infecté mais que vous n’ayez pas de symptôme. Si vous avez des doutes suite à une relation sexuelle sans protection (c’est-à-dire sans préservatif), mieux vaut consulter un médecin qui procèdera à un test de dépistage.

C’est grave ?

Beaucoup d’IST se soignent par antibiotiques. Pour d’autres comme l’hépatite B, il n’existe pas de traitement mais un vaccin, mais pour l’hépatite C, il n’y a pas de vaccin. Pour le Sida, les traitements stabilisent les défenses immunitaires mais on ne guérit pas du SIDA qui reste une maladie mortelle.

Les informations ci-dessus n’ont pas la prétention d’être des informations médicales, mais de vous renseigner au mieux sur les IST qui sont souvent des maladies peu connues. En cas de doute, il faut consulter un médecin ou un planning familial.

Planning familial de Huy « Choisir Huy »

Rue Delloye Matthieux, 1
4500 Huy
Tel. 085/21 73 54

Mail : huy@planningfamilial.net

Lorsque l’on parle de contraception, il s’agit des méthodes qui vont permettre d’éviter une grossesse dans le cadre d’une relation sexuelle hétérosexuelle (homme-femme). Ce sont, entre autre, la pilule, le patch, le stérilet, etc., et également le préservatif. La majorité des moyens de contraception s’adressent aux filles. Le préservatif, quant à lui, est utilisé, principalement, par le garçon (préservatif moulant) mais il existe aussi des préservatifs féminins (préservatif flottant).

En revanche, lorsque l’on parle de protection, il s’agit de te protéger contre les IST (dont le SIDA). Pour cela le seul et unique moyen actuel d’éviter une éventuelle contamination à une ou plusieurs IST est le préservatif.

Dans le cadre d’une relation hétérosexuelle, utiliser une contraception est donc indispensable et ce, dès ta première relation sexuelle (ceci concerne les jeunes filles et garçons), si vous n’avez pas le désir de concevoir un enfant.

Comment ça fonctionne alors ?

Il existe 2 types de contraceptions :

  • Les hormonales ;
  • Les non-hormonales.

Les hormonales : Qu’elles soient progestatives ou œstroprogestatives, les contraceptions hormonales ont un effet sur le cycle menstruel et permettent soit d’empêcher l’ovulation, soit d’empêcher le développement de l’ovule fécondé. Les contraceptifs hormonaux sont : la pilule contraceptive classique, le stérilet hormonal, le patch, l’implant contraceptif, l’anneau vaginal.

Les non-hormonales : Les contraceptions non hormonales font barrière à une éventuelle fécondation. C’est le cas des préservatifs, du stérilet en cuivre et du diaphragme.

Une assuétude est une situation dans laquelle une personne est physiquement et/ou mentalement dépendante d’une habitude ou d’une substance, de sorte qu’elle ne peut pas ou très difficilement renoncer à cette habitude et/ou cette substance.

Le comportement de la personne est principalement axé sur l’obtention et la prise de ce produit ou sur la pratique de cette habitude, au détriment de la plupart des autres activités. Si le corps doit renoncer à cette substance ou cette habitude, la personne peut présenter de graves symptômes de sevrage.

Quels sont les types d’assuétudes ?

L’assuétude peut toucher certaines substances. Voici une liste non exhaustive :

  • Les amphétamines ;
  • Les anxiolytiques ;
  • La cocaïne ;
  • Les neuroleptiques ;
  • Les opiacés ;
  • Les hypnotiques ;
  • La nicotine.

Mais ce n’est pas tout, il existe aussi des assuétudes qui ne sont pas liées à des produits. Voici une liste non exhaustive :

  • La dépendance au travail ;
  • La procrastination ;
  • L’automutilation ;
  • Les troubles des conduites alimentaires (anorexie par exemple)
  • Les jeux vidéo ;
  • Les jeux d’argents.
  • L’addiction sexuelle
  • Le sport

On peut catégoriser ces assuétudes dans deux types de dépendance :

La dépendance physique

C’est un état dans lequel, passé une certaine dose, l’organisme nécessite la présence d’un produit développant des troubles physiques parfois graves en cas de manque (non-présence du produit dans l’organisme), l’ensemble de ces troubles constituant appelé le syndrome de sevrage. La dépendance physique résulte des mécanismes d’adaptation de l’organisme à une consommation prolongée et peut s’accompagner d’une accoutumance, c’est-à-dire la nécessité d’augmenter les doses pour éprouver un même effet.

La dépendance psychique

La dépendance psychique, qui se subdivise en deux sous-groupes :

  • La dépendance psychologique

Désir insistant et persistant de consommer qui peut parfois se traduire par des manifestations psychosomatiques (véritables douleurs physiques sans cause physiologique). La dépendance psychologique est bien plus liée aux caractéristiques des individus (états affectifs, styles de vie) qu’au produit lui-même. Des exemples de dépendance psychologique très répandues sont la dépendance au travail, à l’activité physique ou intellectuelle, qui peut parfois aboutir au surmenage. Un terme anglo-saxon la désigne sous l’appellation
« workaholic » ;

  • La dépendance comportementale

Correspond à des stimulations générées par les habitudes ou l’environnement, facteur de rechute.

Ton médecin traitant peut t’aider, n’hésite pas à le contacter pour parler de ton type d’assuétude afin de trouver une solution adéquate.

Il existe également différents types d’association qui sont présentes pour t’aider :

AMO de Huy « Mille lieux de vie »:

Si tu as moins de 18 ans, tu peux t’adresser à l’AMO « Mille lieux de vie » qui trouvera avec toi des solutions à tes assuétudes.

Rue de l’Harmonie, 3
4500 HUY
Tel. 085/24 00 38

Planning familial de Huy « Choisir Huy »

Le planning familial « Choisir Huy » est un lieu d’écoute, d’aide et d’accompagnement pour toute question liée à la vie affective, relationnelle et sexuelle. L’équipe sera là également pour les assuétudes affectives.

Rue Delloye Matthieux, 1
4500 Huy
Tel. 085/21 73 54
Mail : huy@planningfamilial.net

Huy Clos

Huy Clos est une équipe pluridisciplinaire composée d’assistants sociaux, de psychologues et d’éducateurs qui peuvent prendre une prise en charge psychosociale des consommateurs de produits psychotropes et de leurs proches.

Rue de la Résistance, 2
4500 Huy
Tel. 085/23 66 03
Mail : huy-clos@huy.be

Nous contacter

Fermer le menu

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Dans le but d’améliorer la navigation et de personnaliser les services proposés à l’utilisateur, le site inforjeuneshuy.be recourt à l’usage de cookies. Les cookies sont des fichiers stockés sur l’ordinateur de l’utilisateur permettant de faire le lien avec une précédente visite sur le site, ce qui permet de faciliter la navigation et l’accès aux informations précédemment laissées sur le site (panier client p. ex.). L’utilisateur est informé de l’utilisation des cookies sur noukies.com dès son arrivée sur le site et peut décider de ne pas continuer la navigation. Cependant, en continuant la navigation sur le site, il marque son accord sur l’utilisation des dits cookies.

Fermer